20170328_Meetup

« Tout le monde commence à craindre à se faire ubériser » Maurice Lévy, PDG de Publicis

L’ubérisation est plus qu’un mot, c’est un concept ! Il peut se définir de nombreuses façons en fonction du contexte dans lequel il est employé. De manière générale, l’ubérisation peut être perçue comme l’attaque frontale des marchés de services par de nouveaux acteurs utilisant à leur avantage les possibilités du numérique.

C’est dans ce sens que l’on peut parler de l’ubérisation de la médecine. Le numérique permet de nouveaux outils destinés à faciliter le quotidien des patients. Sur le même principe qu’Uber, pouvons-nous tous devenir médecin grâce à ces nouveaux outils ? Les médecins sont-ils voués à disparaître ?

Un accès aux soins transformé

De nouveaux services permettent de répondre à certaines attentes des patients : qualité de service, gain de temps, diversité de l’offre, coût…

Le site MesDocteurs propose par exemple un appel en visio par un médecin pour le coût de 1,9€ la minute. Cela peut permettre au patient d’obtenir un suivi médical sans se déplacer.

Aux Etats Unis, « Heal » propose de faire venir un médecin à votre domicile dans les heures suivant la demande.

Ces nouveaux services transforment l’expérience utilisateurs grâce aux avantages du numérique. Ils transforment l’accès aux soins mais pas la profession. Les médecins devront s’adapter aux nouveaux modes de relation avec les patients mais pratiqueront toujours leur métier.

Objets connectés : contrôle et prévention

De nombreux objets connectés sont développés dans le but de suivre notre état de santé en temps réel : glucomètres, tensiomètres, suivi de l’hydratation, bracelets connectés…

Le contrôle à distance permet aux malades d’éviter de nombreux allers-retours chez le médecin. Les patients visualisent ce qu’ils peuvent améliorer dans leur mode de vie pour prendre soin de leur santé : « je deviens mon propre médecin »

Grâce à ses données, la médecine devient prédictive, les risques sont mesurer en fonction de nos comportements. Les progrès constants dans le domaine de la génomique vont également dans ce sens, l’analyse de notre héritage génétique va nous permettre d’anticiper les actions médicales à appliquer de façon préventive pour maximiser notre capital santé.

Intelligence artificielle : médecin du futur ?

Demain : « Les médecins signeront des ordonnances établies par des algorithmes ».

Pour analyser toutes les données collectées les médecins de demain auront besoins de super calculateurs leur permettant de proposer un diagnostic qui viendra conforter leurs analyses. Les deux partis travailleront main dans la main pour apporter au patient une réponse de plus en plus fiable sur notre état de santé.

 Par Yann Faveaux, consultant en gestion de projet digital chez Proxiad

au  Meetup Proxiad « Ubérisation de la santé » le 28 mars 2017