Egalité pour tous face au numérique | Proxiad - Français

Egalité pour tous face au numérique

Si le web répond à l’objectif qu’il fonctionne pour tous les internautes, il est accessible à des personnes ayant diverses capacités auditives, motrices, visuelles et cognitives.

En France, 10M de personnes sont concernées par un handicap, durable ou temporaire. Ainsi, l’impact du handicap change radicalement sur le numérique, car le web supprime les barrières de communication et d’interaction que rencontrent beaucoup de personnes dans le monde.

Toutefois, lorsqu’une interface est mal conçue, il peut se créer des barrières empêchant des personnes d’utiliser le web.

« Le pouvoir du web est dans son universalité. Mettre le Web et ses services à la disposition de tous les individus quels que soient leurs matériels ou logiciels, leurs infrastructures réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales. L’accès pour tous, quel que soit le handicap, est un aspect essentiel. »

Tim Berners-Lee, Directeur du W3C

Qu’est ce que l’accessibilité numérique ?

« L’accessibilité au sens large du terme désigne le caractère accessible d’une chose ou d’un lieu (l’accessibilité d’un bus, d’un immeuble aux handicapés) ainsi que le droit ou la possibilité qu’à quelqu’un d’avoir accès à quelque chose (l’accessibilité à un emploi) ». Définition Larousse

« L’accessibilité numérique quant à elle, est “la mise à la disposition de tous les individus, quels que soient leurs matériels ou logiciels, leurs infrastructures réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique, ou leurs aptitudes physiques ou mentales, et leurs ressources numériques. » Définition de l’accessibilité par le World Wide Web Consortium

En somme, l’accessibilité numérique est la possibilité pour toutes et tous d’utiliser les outils informatiques, quelle que soit leur façon d’y accéder. Elle concerne aussi bien un support PDF qu’un site web, une application mobile, une vidéo ou bien encore un logiciel. En rendant accessibles ces contenus, elle améliore la qualité des sites web pour tous.

Qui est concerné ?

Contrairement aux idées reçues, les personnes atteintes de cécité peuvent naviguer sur le Web et les personnes atteintes d’un handicap visuel ne sont pas les seules concernées mais sont les plus touchées. Quatre grandes catégories de handicap sont concernées par l’accessibilité numérique.

Les utilisateurs sourds et malentendants

Toutes les personnes ayant une déficience auditive, dont certaines s’accompagnant d’un problème d’élocution et de compréhension écrite.

Freins à l’accessibilité :

  • Informations sonores uniquement, sans alternative textuelle ou visuelle
  • Pas de sous-titrage
Les utilisateurs présentant un handicap mental ou cognitif

Toute personne ayant des troubles de l’attention, de la mémoire, de la réflexion et de la perception a besoin d’un maximum d’aide à la consultation et navigation.

Freins à l’accessibilité :

  • Sémantique de la page complexe ou incohérente
  • Parcours de navigation incohérent
  • Arrêt impossible des animations de façon temporaire ou définitive
Les utilisateurs avec handicap moteur

La plupart des personnes à mobilité réduite éprouvent des difficultés à utiliser une souris. Elles utilisent des claviers adaptés ou le clavier classique pour pouvoir naviguer.

Freins à l’accessibilité :

  • Accès et utilisation limités avec le clavier
  • Ordre de navigation au clavier incohérent
  • Nécessité de t’utiliser le clavier et la souris en même temps
Les utilisateurs déficients visuels

Il existe différents types de handicaps visuels, dont le daltonisme, la malvoyance et la cécité parmi d’autres. Les personnes non voyantes peuvent naviguer sur les supports numériques grâce à l’utilisation de lecteurs d’écran.

Freins à l’accessibilité :

  • Images et vidéos sans alternative textuelle
  • Liens textes identiques avec destinations différentes
  • Contraste de couleur trop faible
  • Focus invisible pour la navigation clavier
  • Zoom impossible
Les autres utilisateurs concernés

L’accessibilité ne touche pas uniquement les personnes en situation de handicap.

Elle bénéficie aussi aux seniors, dont les capacités tendent à diminuer avec l’âge.

Parallèlement, l’utilisateur sans handicap particulier a besoin d’une accessibilité optimale et une expérience utilisateur fluide pour que la navigation soit le plus aisée possible.

C’est dire que des ressources numériques 100 % accessibles aux personnes handicapées signifient un accès accru pour les utilisateurs lambda.

Des chiffres à nuancer

Une enquête de l’INSEE estime que les personnes en situation de handicap représenteraient entre 10% et 20 % de la population (Introduction au RGAA). Le rapport mondial sur le handicap publié par l’OMS en 2010 estime quant à lui qu’environ 15 % de la population mondiale a un handicap. D’après l’OCIRP, 12 millions de personnes sont touchées par un handicap en France en 2018.

Néanmoins, il est difficile de chiffrer précisément le nombre de personnes en situation de handicap sur le web. En effet, ces chiffres prennent en compte tous les handicaps et non pas exclusivement ceux qui provoquent des difficultés d’accès au web. De plus, ils dépendent de la volonté des individus de se déclarer en tant qu’handicapé et ne prennent pas en compte les personnes non handicapées qui se retrouvent en situation de handicap sur le web, comme par exemple les seniors susceptibles de perdre certaines capacités avec l’âge.

Quelles sont les difficultés les plus fréquemment rencontrées ?

Les difficultés rencontrées sur le web sont diverses et dépendent du type de handicap concerné. Voici une liste des difficultés les plus fréquemment citées ainsi que des situations de handicap concernées et les solutions permettant de résoudre ces problèmes d’accessibilité.

Comment initier une démarche de mise en accessibilité ?

En général, tout le monde s’accorde pour dire que l’accessibilité est une cause juste et personne ne réfute le fait que tous les sites devraient être accessibles. Toutefois, dans les faits, l’accessibilité est bien trop souvent traitée comme une surcouche et n’est vraiment prise en considération qu’une fois la phase de production terminée, lors d’un audit effectué par un expert en accessibilité certifié.

En réalité, la mise en accessibilité ne peut se résumer à un audit en fin de projet car il s’agit d’une vraie démarche à initier le plus tôt possible.

En effet, un audit ne fait que pointer les erreurs de conformité en dressant une liste, plus ou moins longue, de correctifs à apporter au site ou à l’application fraîchement produite. Ces correctifs, en intervenant après coup, impliquent des coûts et des délais supplémentaires car il faudra parfois reprendre certains composants dans leur intégralité pour les rendre accessibles et conformes aux référentiels en vigueur.

Pour éviter cette perte de temps, d’argent et de qualité des livrables, la démarche de mise en accessibilité devra être initiée dès la phase de conception et de cadrage du projet.

Il est donc primordial de penser accessibilité tout au long du processus de conception, de production, et d’exploitation d’interfaces numériques.

Est-ce que vous y pensez-dans l’élaboration, la conception et le développement dans tous vos projets ?

On est tous différents mais nous avons tous le même droit à l’accès au numérique.

Les organisations réglementaires et les niveaux d’accessibilité

W3C (World Wide Web Consortium)

Le W3C est un organisme international de normalisation définissant les standards du web. Les critères du W3C guident les concepteurs de site à la création d’outils et de contenus numériques uniformes afin que tous aillent dans la même direction.

WAI (Web Accessibility Initiative)

La WAI est une initiative du W3C lancée en avril 1997 afin de rendre les services de communication en ligne plus accessibles, notamment auprès des personnes handicapées et des seniors.

Un dispositif ayant abouti à la création des critères WCAG (ISO/IEC 40500), l’ensemble des règles constituant le document de référence international pour vérifier l’accessibilité d’un site web.

WCAG (Web Content Accessibility Guidelines)

Les critères WCAG sont répartis en 3 niveaux de conformité : A, AA, AAA (plus le niveau monte, plus les exigences d’accessibilité sont élevées).

WCAG 2.1

Les WCAG 2.1 s’articulent autour de 4 principes :

Perceptible – les contenus numériques et les outils doivent être proposés à l’utilisateur de façon à ce qu’il puisse les percevoir

Utilisable – les éléments de l’interface utilisateur (UI) et de navigation doivent être utilisables

Compréhensible – les informations et l’utilisation de l’UI doivent être compréhensibles

Robuste – le contenu doit être créé afin qu’il soit interprété de manière fiable par un grand nombre d’agents utilisateurs, quel que soit l’outil de navigation utilisé.

par Laure Brisciano – Chargée de Marketing Digital chez PROXIAD NORD